Musée de l'Ermitage

On considère l'année 1764 comme la date de naissance des collections de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, quand Catherine II acquit la collection d’un négociant prussien, Joliann Ernest Gotzkowski.

Elle se composait principalement d’œuvres hollandaises et flamandes. Au cours du XVIIle siècle, en plus de nombreuses toiles isolées, fut acquise la très riche collection de Heinrich Brühl, comprenant, entre autres, le tableau Persée et Andromède de Rubens, une des perles du musée, ainsi que la célèbre collection du baron Pierre Crozat renfermant aussi maints chefs-d’œuvre, tels que la Danaé et la Sainte Famille de Rembrandt, Judith de Giorgione, la Madone Conestabile de Raphaël, le Bacchus et le Portrait de la camériste de l’infante Isabelle par Rubens. En tout, plus de 300 œuvres remarquables de maîtres de l’art de l’Europe occidentale. Au XIXe siècle, des statues d art antique vinrent considérablement enrichir la collection de l’Ermitage. 

Après Octobre 1917 les collections de l’Ermitage triplèrent, grâce à la nationalisation des collections appartenant à la haute aristocratie russe (celles des Stroganov, Cliouvalov et d’autres), à l’acquisition par la Commission d’Achat du musée d’œuvres isolées à des particuliers, et aux expéditions archéologiques. Actuellement le musée de l'Ermitage possède près de 3 700 000 articles chefs-d’œuvre de la culture et de l’art appartenant à presque toutes les époques et tous les pays. 

Le musée possède une très riche collection de peinture de l’école hollandaise dont 26 toiles de Rembrandt, ainsi que des collections d’œuvres flamandes (principalement de Rubens), italiennes, espagnoles et françaises. Nombreuses sont les toiles qui font la fierté de l’Ermitage : la Madone Benois de Léonard de Vinci, la Marie-Madeleine repentante de Titien, les Apôtres Pierre et Paul du Greco, le Déjeuner de Velasquez, YAutoportait de Van Dyck, et maintes toiles françaises de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe. 

Les intérieurs du palais présentent également un véritable intérêt artistique. Entre autres, l’escalier principal avec ses hautes colonnes élancées en quartzite gris clair, les belles moulures dorées de ses murs, son grand plafond peint; la salle des Blasons; la salle du Pavillon du Petit Ermitage avec son dallage en mosaïque romaine, son lustre de cristal et le revêtement de marbre de ses murs. Une attention particulière doit être prêtée à la salle de Malachite, dans laquelle cette pierre, rare cl naturelle, recouvrant colonnes et cheminées, est mise on relief par les dorures des ornements architecturaux. La salle à manger Blanche, contiguë à la salle de Malachite, présente un intérêt historique on elle-même. (L’est là que furent arrêtés les membres du gouvernement provisoire après l'abolition de la monarchie.)

Saint-Pétersbourg en un coup d'oeil



Population (2015) : 5 191 690 millions d'habitants
Fondation : 1703
Fuseau horaire: UTC+04:00 (MSK)
Densité : 2 807,3 hab./km²
Région : Nord-Ouest
Préfixe téléphonique : (00 7) 812
Code postaux : 190000-199406
Ancien nom : Pétrograd (1914-1924)
Ancien nom : Léningrad (1924-1991)