Palais Vorontsov

 

Le Palais Vorontsov a été construit en 1749-1757 par Rastrelli dans le style de maisons de campagne.

Comme la plupart de ces demeures, le palais Vorontsov était situé au centre du terrain, départageant la cour d’honneur et le jardin.

Sa façade principale apparait au fond de la cour d’honneur, séparée de la rue Sadovaïa par une grille de fonte à portail central. L’effet obtenu est du meilleur aloi, surtout par comparaison aux ailes basses des communs qui la flanquent perpendiculairement.

La partie centrale, en saillie légère, a un étage de plus. Plus l’édifice s’élevé, plus il semble léger. Tandis que l’entrée du rez-de-chaussée est signalée par un portique, au premier étage, seules les fenêtres latérales sont flanquées de colonnes couplées, au milieu les colonnes sont remplacées par des pilastres.

A l’étage supérieur, colonnes et pilastres sont replaces par de modestes piles. L’architecte ne laisse pas un pouce de la paroi sans ornement. Les étroites fenêtres sont enserrées dans des encadrements aux moulures savantes ; les pieddroits sont occupés par des doubles-colonnes, doubles-pilastres, doubles-piles. Le vif coloris accentuait encore le caractère décoratif. L’aménagement intérieur était tout aussi élégant que l’extérieur du palais.

Les princes Vorontsov. Ils ne sont point issus de l'illustre famille des boyards Vorontsov, si célèbre au quinzième et au seizième siècle; l'extinction de cette famille (qui eut lieu en 1576) se trouve constatée, et par les archives de l'Etat, et par le livre de velours lui-même. Le premier aïeul authentique de la maison comtale des Vorontsov, périt au siège de Tchigirine, en Petite Russie, en 1678. Son fils, Hilarion, eut trois fils: Roman, Michel et Jean. Michel Vorontsov fut l'amant de l'impératrice Elisabeth, qui lui fit épouser sa cousine germaine, la comtesse Anna Scavronsky, le créa chancelier de l'empire, l'appela à diriger les affaires étrangères, et le fit créer comte du saint-empire romain, par Charles VII, le 27 mars 1744. Il n'eut qu'une fille, la comtesse Alexandre Stroganov. Le crédit du comte Michel fit obtenir à ses deux frères le titre de comtes du saint-empire romain, que leur conféra François Ier, le 19 janvier 1760. Le général comte Roman fut un homme de mérite, mais rapace. Il eut deux fils, Alexandre et Simon, tous les deux hommes d'Etat distingués et respectables pour la loyauté de leur caractère. Le comte Alexandre fut président du commerce (c'est-à-dire ministre du commerce) sous Catherine la Grande, chancelier de l'empire et ministre des affaires étrangères sous l'empereur Alexandre. Le général comte Simon fut ambassadeur à Londres, et son fils unique, le général comte Michel, l'un des plus brillants capitaines des guerres de 1812, 1813 et 1814, commanda les troupes russes qui occupèrent la France de 1815 à 1818. Il fut gouverneur général d'Odessa, de la Nouvelle-Russie et de la Bessarabie, et feld-maréchal- général. C'était un homme d'un mérite éminent. La maison des comtes Vorontsov obtint la dignité comtale de Russie le 5 avril 1797.

Dolgorukov, Petr. Notice sur les principales familles de la Russie.  1865

 

   

   

La maison illustrous de Vorontsov remonte au 14ème siècle. Ses membres tiennent toujours des postes importants de l'Etat et ont effectué des missions diplomatiques difficiles. Par exemple, Semyon Vorontsov, neveu du propriétaire du palais, était un diplomate de talent et ambassadeur à Londres, où une rue porte son nom.

   

Quel homme était donc le comte Simon Romanovitch Vorontsov? Sa famille n'était point ancienne. A la fin du xvnc siècle seulement, on voit paraître dans les Streltsy des chefs de compagnie & des colonels du nom de Vorontsov. Lui- même était né simple gentilhomme, et le titre de comte qui échut à son père n'était dû qu'au hasard. Son oncle, Michel Hilarionovitch, l'avait reçu en raison des services qu'il avait rendus lors de l'avènement au trône d'Elisabeth Pétrovna &, n'ayant pas de descendants, il en avait obtenu la réversion au profit de ses deux frères, Ivan & Romain. Romain fut le père de Simon. Le père de Michel, Hilarion, était un fort petit seigneur de deux cents paysans; mais, à la suite de la Révolution du 25 novembre 1741, il eut, en récompense de la part qu'y avait prise son fils Michel, un beau domaine & Michel eut bien mieux encore. Toute la fortune de la famille vint de là. 

       Le Comte Paul Stroganov, Nikolaĭ Mikhaĭlovich   

   

Yekaterina Vorontsova - Dashkova a pris part à la conspiration qui a placé Catherine II sur le trône et devint plus tard la première femme présidente de l'Académie russe. Mikhail Vorontsov était lui-même responsable de la politique étrangère de la Russie pendant le règne d'Elizabeth et un fervent partisan de l'orientation française.   

Parmi les résidences de grands seigneurs, à peine inférieures en magnificence aux résidences impériales, celles qui font le plus d'honneur à Rastrelli sont le palais Anitchkov, construit à l'angle de la Perspective Nevski et du canal de la Fontanka pour l'un des amants de l'impératrice, un chantre dont elle fit un hetman, l'Oukroïnien Razoumovski; le palais Vorontsov, aujourd'hui badigeonné en rouge comme le Palais d'Hiver, mais qui était primitivement peint en deux tons, et surtout le magnifique palais Stroganov, au coin de la Perspective Nevski et du canal de la Moïka.

       L'art russe de Pierre le Grand à nos jours, Louis Réau, 1922
   

   

 

Saint-Pétersbourg en un coup d'oeil



Population (2015) : 5 191 690 millions d'habitants
Fondation : 1703
Fuseau horaire: UTC+04:00 (MSK)
Densité : 2 807,3 hab./km²
Région : Nord-Ouest
Préfixe téléphonique : (00 7) 812
Code postaux : 190000-199406
Ancien nom : Pétrograd (1914-1924)
Ancien nom : Léningrad (1924-1991)