La cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg (Auguste Ricard de Montferrand)

La cathédrale Saint-Isaac (Auguste Ricard de Montferrand) de  Saint-Pétersbourg, l'une des plus belles cathédrales européennes construites au dix-neuvième siècle, est un prestigieux monument de l'architecture russe dont le décor présente une merveilleuse synthèse des différents arts monumentaux: sculpteur, mosaïque et peinture.

Ayant fondé la ville de Saint-Pétersbourg en 1703, Pierre le Grand exprima le désir de consacrer une des églises de la nouvelle cite à saint Isaac le Dalmate dont la fête correspondait à son jour de naissance (le 30 mai).  En 1710, sept années après la fondation de la ville, on construisit une petite église en bois sur un terrain laisse en friche non loin de l'Amirauté. Ce premier temple relevait de ce style simple et austère qui caractérise les premiers édifices de Saint-Pétersbourg à l'époque pétrovienne.  C’est dans cette église que fut célébrée, le 19 février 1712, la cérémonie du mariage de Pierre le Grand avec Catherine I. Mais très bientôt, le modeste temple détonna dans le cadre somptueux de la nouvelle capitale russe. Le 6 août 1717, au bord du la Neva, là où se trouve actuellement le monument équestre de Pierre le Grand, on édifia une deuxième église Saint-Isaac selon le projet de Johann Mattarnovy. Par son aspect extérieur, elle ressemblait à la basilique élevée par Domenico Trezzini sur le territoire de la forteresse Pierre-et-Paul. Les deux temples étaient décorés a l'intérieur par des iconostases en bois sculpte et dore, exécutées d'après les dessins d'Ivan Zaroudny. Très vite, l'église menaça ruine, car elle avait été construite sur un sol instable et les rives de la Neva n'avaient pas été consolidées. Les murs et les voûtes étaient sillonnés de lézardes. En 1735, un incendie mit fin à cette lente agonie. On s'efforça de restaurer l'édifice, mais il y perdit son aspect initial. Afin de diminuer la charge sur les murs et les voûtes, on refit une coupole beaucoup plus petite que la précédente, on supprima également le clocher et son horloge.

Ainsi restaurée, l'église semblait à demi construite. En 1763, elle fut démolie. Un ukase du 15 juillet 1761 désigna Savva Tchévakinski pour édifier une nouvelle église Saint-Isaac. Cet architecture talentueux avait déjà fait ses preuves lors de la construction de l'église Saint-Nicolas, qui s'est conservée jusqu’à nos jours. Mais il ne put réaliser son projet, car l'édification de la nouvelle église fut remise. Montée sur le trône en 1762, Catherine le Grand approuva l'idée de bâtir une église a la mémoire de Pierre le Grand et donna son assentiment pour qu'elle fut construite là ou Tchévakinski l'avait prévue dans ses plans, mais la réalisation du projet fut confiée a l'Italien Antonio Rinaldi. L'illustre architecte projeta une cathédrale couronnée de cinq coupoles aux silhouettes complexes et surmontée d'un haut clocher. Le revêtement des murs en marbre devait conférer beaucoup d'élégance aux façades de l'édifice. Il est possible de de faire une idée de la perfection de ce projet d'après son modèle réduit conserve au Musée de l'Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. Ce temple aurait pu être le chef-d'œuvre de ce « maitre des façades de marbre », mais les travaux étaient menés à un rythme extrêmement lent et Rinaldi dut quitter Saint-Pétersbourg avant d'en avoir terminé l'édification.

Le nouveau maitre de la Russie, Paul Ier, mécontent de cette lenteur, confia a Vincenzo Brenna le soin d'achever promptement les travaux. Afin de satisfaire le caprice du tsar, Brenna fut oblige de simplifier, voire d'altérer le projet de Rinaldi: il diminua les dimensions de la partie supérieure de l'église et, au lieu de cinq coupoles, il n'en plaça qu'une seule. 

L'édifice ne s'harmonisait aucunement avec le cadre architectural de parade qui l'entourait et, quelques années plus tard, le Senat et le Synode envisagèrent son remaniement. Le comte Stroganov, président de l'Académie des Beaux-Arts, composa le programme d'un concours prévoyant, selon le désir d'Alexandre Ier, que l'autel édifié par Rinaldi fut conserve intact.

Adrian Zakharov, Andrei Voronikhine, Vassili Stasov, Giacomo Quarenghi et d'autres architectes en vue participèrent aux concours de 1809 et 1813. Mais tous proposaient non pas de remanier, mais d'abattre l'ancienne église pour en construire une nouvelle à sa place ; l'empereur refusa ces projets.

Auguste Ricard de Montferrand

La guerre contre Napoléon fit ajourner la décision. Apres la fin victorieuse de cette guerre, le projet de l'édification de la quatrième église Saint-Isaac furent confès a Auguste Ricard de Montferrand, jeune architecte français ayant fait de brillantes études à Paris et passe son apprentissage auprès des célèbres architectes Charles Percier et Pierre Fontaine.

C'est en 1816 que Montferrand arriva en Russie où il devait passer la plus grande part de sa vie et devenir l'un des bâtisseurs les plus réputés de son époque. Il fit montre d'un talent indéniable, de larges capacités créatrices et ne manqua jamais de perfectionner ses connaissances dans le domaine de l'architecture et des moyens techniques au cours des quarante années durant lesquelles, non sans déboires et erreurs, il dirigea le grandiose chantier de la cathédrale Saint-Isaac. Dans cette œuvre a grand échelle, il fut efficacement seconde par un comité fondé par l'Académie des Beaux-Arts et dans lequel entraient Carlo Rossi, Vassili Stasov, Andrei et Alexandre Mikhaïlov et d'autres bâtisseurs russes.

Saint-Pétersbourg en un coup d'oeil



Population (2015) : 5 191 690 millions d'habitants
Fondation : 1703
Fuseau horaire: UTC+04:00 (MSK)
Densité : 2 807,3 hab./km²
Région : Nord-Ouest
Préfixe téléphonique : (00 7) 812
Code postaux : 190000-199406
Ancien nom : Pétrograd (1914-1924)
Ancien nom : Léningrad (1924-1991)