Le dernier grand édifice du style classique russe

La quarantaine d'années que dura l'édification de la cathédrale Saint-Isaac (1818-1858) représente toute une époque dans l'histoire du génie civile et de l'architecture russes.

Pour mener à bien la tâche, on fit appel, non seulement aux meilleurs architectes, mais aussi aux savants et ingénieurs les plus réputes : Augustin Béthencourt, Karl Oppermann, Léon Carbonier, Piotr Lomnovsky, Pierre Clayperon, Gabriel Lamé et d'autres encore.

Le début des travaux coïncidait avec le moment ou le classicisme russe trouvait son expression dans de majestueux ensembles architecturaux et ou l'art évoquait sous toutes ses formes une profonde pensée patriotique. Les créateurs de ce style cherchaient leurs exemples dans l'héritage antique et s'inspiraient des motifs architecturaux de la Grèce, de Rome et de la Renaissance italienne. Les œuvres qui virent alors le jour se distinguaient par leur majesté et leur monumentalité, par l'harmonie et la sévérité de leurs proportions et par leur lien étroit avec le cadre ambiant.

Cependant vers le milieu du dix-neuvième siècle, l'architecture russe trahit un certain déclin marque par une altération de la pureté du style, une digression du principe d'unité et d'intégrité entre l'architecture et les arts monumentaux, ainsi qu'une surcharge des éléments décoratifs souvent sans liens avec la conception de l'édifice. Ces traits, caractérisant la naissance d'une tendance éclectique en architecture, sont déjà présents dans certaines structures de la cathédrale Saint-Isaac, le dernier grand édifice du style classique russe. Le volume compact de la cathédrale est agrémente de quatre grandioses portiques d'ordre corinthien conférant une sévère solennité à l'édifice. La surface des murs est percée de larges fenêtres cintrées aux chambranles massifs; les angles du volume principal sont soulignes par des pilastres. La cathédrale est couronnée par un haut tambour soutenant un dôme doré, coiffe d'un lanternon octogonal. Autour du tambour, au-dessus de l'attique, se dressent quatre clochers.

La clarté et la pureté des lignes des masses architecturales sont quelque peu altérées par le faste superflu des encadrements des baies, ainsi par la surcharge du décor sculptural des frontons. Malgré cela, la cathédrale est un des plus intéressants monuments de la ville. On ne se lassera jamais d'admirer la majesté de ses formes; l'effet produit par ses gigantesques colonnes, par l'élégance de ses frontons, de ses statues, de ses clochers et de sa coupole est extraordinaire.

Saint-Pétersbourg en un coup d'oeil



Population (2015) : 5 191 690 millions d'habitants
Fondation : 1703
Fuseau horaire: UTC+04:00 (MSK)
Densité : 2 807,3 hab./km²
Région : Nord-Ouest
Préfixe téléphonique : (00 7) 812
Code postaux : 190000-199406
Ancien nom : Pétrograd (1914-1924)
Ancien nom : Léningrad (1924-1991)