Château des Ingénieurs

Situe en bordure sud du Jardin d’Été, sur l’emplacement de l’ancien palais de bois d’Iélisavéta Pétrovna, le château s’appela d’abord Mikhaïlovski, en l’honneur de l’archange Michel que Paul considérait comme son protecteur, et plus tard, vers 1820, il reçut le nom de Château des Ingénieurs.            

l’une des rares œuvres du grand architecte Bajénov que se soit conservée

   

Cette construction occupe une place importante dans l’urbanisme du center de Saint-Pétersbourg. C’est l’une des rares œuvres du grand architecte Bajénov que se soit conservée. Dernière œuvre importante de cet architecte qui en établit les plans, ce fut un autre – Brenna – qui se réalisa. Celui-ci déforma quelque peu le projet initial, surtout en ce qui concerne la disposition et la décoration des locaux intérieurs. L’influence de Brenna se fait également sentir dans les façades, surchargées d’ornements. Néanmoins, le puissant talent de Bajénov se manifeste nettement dans la conception générale, la composition de façades, la façon dont le château s’inscrit dans le site.   

missing

   

En plan, le Château des Ingénieurs a la forme d’un quadrilatérale qui circonscrit une cour intérieure octogonale. Les quatre façades extérieures sont traitées de façon différente et chacune correspond au caractère du paysage urbain sur laquelle elle donne. La façade centrale, exposée au sud et qui jadis donnait sur la place dite du Connétable ou avaient lieu les défiles et les parades militaires, surprend par sa grave puissance. L’immense portique élevé sur le haut rez-de-chaussée à socle, le lourd fronton, les hauts et sévères obélisques en cadrant comme des sentinelles, tout cela produit une impression de gravite pesante. La façade nord, sur le Jardin d’Été, est tout autre, plus simple et plus paisible. Au premier regarde, on est surpris par les modestes dimensions de la colonnade à laquelle aboutit le large escalier d’honneur. Mais cette colonnade peu élevée s’harmonise avec les statues du Jardin d’Été et correspond bien au caractère du parc. Les façades est et ouest ont un rôle subordonnée. L’aile occidentale qui abritait l’église de l’Archange Michel, couronnée d’une aiguille dorée, forme une saillie ronde en façade. De l’autre cote, à l’est, une saillie identique est formée par la salle ovale.   

Paul voulait que sa résidence ressemble à un château fort du Moyen Age

Au moment où il dressait les plans du château, Banon était tenu de conformer aux gouts du commanditaire – Paul I. Terriblement soupçonneux, craignant constamment un attentat, et ne se sentant pas en sécurité au Palais d’Hiver, Paul voulait que sa résidence ressemble à un château fort du Moyen Age. C’est pourquoi l’édifice fut entouré d’eau de tous les cotes, et l’on ne pouvait y accéder que par un pont-levis jeté en travers du fossé et menant de là à la cour intérieure et au perron d’honneur.   

Deux pavillons symétriques

  Bajénov réussit néanmoins à relier si heureusement le château a son environnement qu’il put servir par la suite de base à la construction d’un grand ensemble urbain. Devant le grand perron du château, à l’autre tour de la place de Connétable, l’architecte érigea deux pavillons symétriques avec rez-de-chaussée s’ornant de portiques a doublé colonnes, et étages supérieures relies par une colonnade en peu plus importante. Ces pavillons jumeaux, qui abritaient de multiples services, encadrent l’accès principal (sud) et soulignent encore le caractère monumental et la sombre solennité de l’ensemble.

   

                                                   

Paul fut étranglé dans sa propre chambre à coucher

Paul I pressait beaucoup la construction de son château. Le premier bal y fut donne alors que les plâtres n’étaient pas encore secs. C’est pourquoi, signalent les contemporains, une brume épaisse emplissait les pièces. On eut pu croire que derrière ces murailles épaisses et ces profonds fosses, le tsar pouvait se sentir en sécurité. Hélas, dans la quarante-et-unième nuit qui suivit son installation au château, Paul fut étranglé dans sa propre chambre à coucher par des personnes de son entourage. Apres quoi, la bâtisse resta longtemps déserte.   

Le monument désert du tyran

 Le jeune Alexandre Pouchkine devait rester de longues heures à scruter son austère silhouette depuis les fenêtres du logement des frères Tourgueniev, qui habitaient au n 20 de la rue Fontanka.

   

Mais songe redoutable dans la brume se dessine,

 Le monument désert du tyran,

N’est plus que palais voué à l’oubli

   Alexandre Pouchkine
   

  Voué à l’oubli, le château le fut jusqu’aux années vingt du XIX siècle, lorsqu’on y installa l’Ecole du Génie militaire (d’où son nom : Château des Ingénieurs).

   

Saint-Pétersbourg en un coup d'oeil



Population (2015) : 5 191 690 millions d'habitants
Fondation : 1703
Fuseau horaire: UTC+04:00 (MSK)
Densité : 2 807,3 hab./km²
Région : Nord-Ouest
Préfixe téléphonique : (00 7) 812
Code postaux : 190000-199406
Ancien nom : Pétrograd (1914-1924)
Ancien nom : Léningrad (1924-1991)